Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / LOISIRS / Culture / Le Réverbère / Archives / Histoire locale / Orgues de La Minerie
Actions sur le document

Orgues de La Minerie

Petit historique des orgues de la paroisse de La Minerie. Thimister-Clermont. XIX siècle. Dommage de guerre. Dès 1849, grâce à la générosité de deux paroissiens, de grandes orgues sont installées. Un nouvel instrument a été installé en 2008

Petit historique des orgues de la paroisse de La Minerie

 

Orgue La Minerie XXI 2010 Contemporain

Si l'on veut être exhaustif, on rappellera pour mémoire que le bâtiment actuel de l'église de La Minerie a été achevé en 1843. Dès 1849, grâce à la générosité de deux paroissiens, de grandes orgues sont installées. Pour l'anecdote, ajoutons que c'était en compensation de deux messes par an à l'intention des donateurs, l'une à la fête de la paroisse et l'autre à la fête de Sainte Apolline. En 1887 déjà, ces orgues sont remplacées par un nouvel instrument dont l'acquisition était en partie également due au don d'un paroissien. Les anciennes orgues sont vendues à l'église de La Xhavée.


Le nouvel instrument était l'oeuvre de la manufacture Pereboom et Leyser, qui avait son siège à Maastricht.
Hélas! la paroisse allait connaître de sombres jours: le témoignage de l'Abbé Alexis Dubois, curé de 1932 à 1951, nous apprend qu'en mai 1940, l'église avait été bombardée par le fort de Battice à deux reprises, une première fois dans la nuit du 11 au 12 et une seconde fois la nuit suivante. Les dégâts sont considérables, surtout à la suite du deuxième tir: l'intérieur de l'église est véritablement ravagé et l'orgue est éventré, comme le montre une rare photo de l'époque.


Tout naturellement, dès 1946, l'Etat établit un cahier des charges et certains travaux sont effectués. En 1950, le Conseil de Fabrique fait appel à l'architecte-expert Nicolas Leclerc pour établir un nouveau cahier spécial des charges. Voici ce que l'on peut y lire à propos de l'orgue endommagé: "L'orgue ancien se distinguait par sa sonorité spécialement harmonieuse. Il était considéré dans la région comme un des meilleurs. (...) Il comprenait deux claviers, un pédalier et dix- huit jeux." Ainsi était lancée la machine administrative. A l'époque, on était loin de se douter qu'une véritable saga allait couvrir plusieurs décennies.


Point saillant dans tout ce périple: le 30 décembre 1992, le Parlement vote une loi excluant des dommages
de guerre les dossiers qui n'avaient pas encore fait l'objet de soumissions ou de contrats approuvés. En réaction, plusieurs fabriques d'église, dont celle de la paroisse de La Minerie, mais aussi des communes, dont le rôle est de couvrir leur déficit, décident d'introduire un recours devant la Cour d'arbitrage.

Agréable surprise: en février 1994, cette instance rend un arrêt qui annule purement et simplement l'article de loi en question. Le dossier peut donc reprendre son cours sinueux à travers les différents niveaux de pouvoir.
L'énoncé de quelques dates suffira pour baliser la suite de cette odyssée rocambolesque.

  • 14 mars 2001: l'Etat belge décide de prendre en charge le placement de nouvelles orgues.
  • 17 mars 2001: une lettre d'Isabelle Durant, Ministre de la Mobilité et des Transports, nous informe que "l'Etat ne pourra prendre en charge ce qui a déjà été réparé, autrement dit que seul le placement de nouvelles orgues (instrument et buffet) pourra être financé, le préjudice causé lors du second conflit mondial étant toujours présent aujourd'hui. Le nouvel instrument ne pourra toutefois pas dépasser, dans ses caractéristiques techniques et artistiques, celui détruit par fait de guerre."
  • 24 avril 2003: le Conseil de Fabrique décide de proposer à l'organiste Patrick Wilwerth d'établir un avantprojet de cahier des charges.
  • 31 janvier 2005: la Commune adopte le cahier des charges et confirme la désignation de Patrick Wilwerth
  • en qualité d'auteur de projet.
  • Octobre 2007: le Gouvernement autorise la Commune à lancer les adjudications.
  • Février 2008: une seule soumission a été introduite, elle émane de la manufacture Schumacher de Baelen.
  • 12 septembre 2008: le marché est attribué à la manufacture Schumacher. La fabrication de l'instrument peut débuter...

A l'heure où le projet est arrivé à son terme, en grande partie grâce à la ténacité des élus communaux, une question ne manquera peut-être pas de surgir dans l'esprit du public: n'est-il pas somptuaire de consacrer autant d'argent à la construction d'un nouvel orgue alors que les offices religieux sont devenus plus rares et que les églises sont moins fréquentées? Le problème ne se pose plus de la même façon dès lors que l'on sait - et c'est un élément capital - que la somme donnée par l'Etat ne pouvait servir à rien d'autre. Cette donnée a été déterminante au moment de la prise de décision. Dernier avantage: l'auteur du projet a pu imaginer un instrument qui vient encore enrichir la diversité organistique du Plateau de Herve. Tout vient à point à qui sait attendre.

Jean Nicolaï, secrétaire du Conseil de Fabrique

Sources:
- Archives du Conseil de Fabrique de la paroisse Saint-Pierre de La Minerie.
- André GEORIS, La Paroisse de La Minerie. Notes historiques, Les Dossiers de l'Adam, 1973.
- Ricardo GUTIÉRREZ, "Retour des dommages de guerre", Le Soir, 15 février 1994, p. 17.

Cercle Culturel
"Le Réverbère"

Christine SCHMITZ
Centre, 2
(Bureau du tourisme dans l'administration communale)
4890 Thimister-Clermont

  087/46.84.78

 087/44.55.77

Christine Schmitz

Permanences :
  • Lundi
    8h - 12h30 13h - 16h30
  • Mardi
    8h - 12h30 13h - 16h30
  • Mercredi
    8h - 12h30
  • Jeudi
    8h - 12h30 13h - 16h30